TTTS Foundation Logo
 


Help During Pregnancy











 

 

 

 


Les anomalies de partage de placentas MC ont reçu beaucoup moins d'attention de la part des scientistes que les vaisseaux sanguins communicants, mais elles sont également importantes. L'asymétrie placentaire de jumeaux monochorioniques a été dénommée de différentes manières, comme « partage inégal de zones de retour veineux », « attribution inégale de parenchyme », ou « zones de perfusion vasculaire discordantes », et aucune définition précise n'a été établie. Le pourcentage de portion de placenta MC de chaque jumeau ne peut pas être déterminé directement par échographie au cours de la grossesse, mais il peut être estimé au cours d'un examen placentaire post-partum en notant l'emplacement de l'équateur vasculaire dans le placenta partagé.

La cause de l'asymétrie de placentas MC est également inconnue, mais l'embryon de jumeaux MC (blastocyste) semble avoir un problème lorsqu'il s'implante dans la muqueuse de la matrice de la mère (cf. figure 5). Comme deux zones différentes de cellules du blastocyste vont se transformer en bébés, en devant développer leur propre placenta en bonne santé, les événements qui devraient mener à un placenta normal chez un seul bébé en bonne santé ne peuvent pas se produire lorsqu'il y a deux futurs bébés dans le blastocyste.

Les portions ou attributions de placenta de jumeaux MC dans le STT sont souvent inégales, la plus petite partie étant généralement celle du donneur. Le seuil pour un partage anormal significatif (c'est-à-dire 60:40, 70:30, 80:20, 90:10, etc.) et une insuffisance placentaire, qui pourrait faire en sorte qu'un jumeau soit plus petit que son co-jumeau, ou même compromettre sa croissance normale et sa survie dans la matrice, peuvent varier dans chaque cas et dépendent du mois de la grossesse, ainsi que du type et du nombre de vaisseaux communicants. Une étude a indiqué que si l'asymétrie placentaire était égale ou supérieure à 60:40, on pouvait s'attendre à une différence significative dans le poids des jumeaux à la naissance dans les cas de STT

Dans les cas sans vaisseaux communicants, le partage inégal est une cause importante des différences de taille et de croissance chez les vrais jumeaux MC. La présence de vaisseaux sanguins communicants peut poser des risques pour un jumeau MC bénéficiant d'une portion placentaire adéquate en raison d'événements anormaux qui pourraient se produire chez le jumeau avec insuffisance placentaire. Par ailleurs, les connexions peuvent aider un jumeau disposant d'une portion plus petite, en fournissant des nutriments qui seraient autrement déficients. Les conséquences cliniques d'une asymétrie MC dépendent de son niveau, du type, de la direction et du nombre d'anastomoses vasculaires, ainsi que de l'âge gestationnel (cf. figure 7). Théoriquement, il doit y avoir une part placentaire (peut-être moins de 20 %) qui est incompatible avec la survie intra-utérine continue d'un jumeau.

En plus des différences de partage, les portions MC asymétriques peuvent varier au point de vue qualitatif dans la circulation placentaire relativement aux insertions de cordons ombilicaux, à la disposition des vaisseaux sanguins de la surface placentaire et à la manière dont le sang circule au plus profond de la substance du placenta. Les insertions de cordons ombilicaux anormaux et une artère de cordon ombilical unique (il y en a généralement deux) sont plus communes chez les jumeaux que chez les bébés uniques et sont associées à des placentas plus petits. C'est pourquoi il n'est pas étonnant qu'il y ait une relation entre l'insertion de cordons vélamenteux (cf. figures 3 et 4) et les jumeaux MC avec STT (65 % avec STT par rapport à 20 % chez les jumeaux MC sans STT) ; les cas avec cordons vélamenteux ont par ailleurs de plus mauvais résultats et un accouchement précoce, malgré les tentatives de traitement. L'insertion de cordons vélamenteux et les asymétries placentaires ont été associées par un investigateur qui avait découvert une asymétrie placentaire MC modérée à significative, et une petite portion pour le jumeau avec insertion vélamenteuse, en particulier si le co-jumeau avait une insertion de cordon centrale (cf. figure 4). Une artère ombilicale unique se produit trois à quatre fois plus fréquemment chez les jumeaux et, lorsque ceci se produit seulement chez l'un des jumeaux, elle est généralement plus petite. Finalement, lorsque l'on observe les portions placentaires des jumeaux dans les cas de STT avec un microscope, celles du donneur disposent d'un nombre de vaisseaux sanguins inférieur, comparativement au receveur dont les vaisseaux sanguins sont plus dilatés et congestionnés.

Malheureusement, certains jumeaux MC peuvent avoir des portions de placenta commun incapables d'assurer leur subsistance vitale dans la matrice au point de pouvoir survivre s'ils naissent. Il est impossible de créer un placenta supplémentaire dans de tels cas. Lorsque ce jumeau succombe, l'autre jumeau court des risques de mort ou d'anomalies congénitales en raison des vaisseaux communicants. Le seul traitement capable de supprimer ces risques pour l'autre jumeau (avec la portion de placenta normal plus grande) est une occlusion au laser de tous les vaisseaux parce qu'elle « déconnecte » les jumeaux MC.









 


· Connexions de vaisseaux sanguins

· Partage de placenta monochorionique égal et asymétrique

· Récapitulation

 
Copyright © 1997-2004 The Twin To Twin Transfusion Syndrome Foundation. All Rights Reserved